Le saviez-vous ?


La borne d’Arcade du premier Street Fighter fut la première à intégrer les fameux 6 boutons sur le control panelmais saviez-vous qu’au départ, ce bon Capcom avait sorti une version de la borne dite Deluxe ! Cette machine atypique ne disposait que de 2 boutons mous utilisant une sorte de système pneumatique qui permettait astucieusement de varier la puissance des coups en fonction des pressions affligées aux touches selon trois dosages. En tous cas, peu de joueurs connaissaient véritablement le principe à l’époque et à force de cogner comme des brutes sur les 2 malheureux boutons pour mettre l’adversaire KO le plus vite possible, les plus bourrins endommageaient sérieusement les touches punch / kick rendant les bornes rapidement inutilisables. De ce fait, Capcom dû remplaçer progressivement les bornes Deluxe défectueuses par des standards (avec 6 boutons classiques).
 

L’histoire des Fighting Pads.


Suite au succès relatif de Street Fighter en Arcade durant l’année 88 (principalement sur le sol américain), Capcom a tout de même réussi à imposer rapidement à l’ensemble de l’industrie du jeu vidéo l’usage des 6 boutons différents dans les jeux de combat en ajoutant judicieusement aux classiques punch et kick jusqu’à trois niveaux de frappe avec le petit coup (rapide), le coup moyen (normal) et le coup fort (lent).


Cet innovant gameplay composé de 3 coups de poings et 3 coups de pieds séparés nécessitait désormais une disposition des commandes plus étoffée qu’auparavant... Dés lors, les bornes d’Arcade ont dû immédiatement adopter les 6 boutons comme standard pour recevoir les futurs fighting games dans tous les game centers dignes de ce nom.


Cependant sur les consoles domestiques, au début des années 90, les manettes munies de plus de 2 ou 3 boutons étaient quasi inexistantes !

Il était donc indispensable de repenser complètement le joypad de base de la plupart des machines du moment afin de pouvoir retranscrire le plus fidèlement possible toute la quintessence des succès de l’Arcade à venir dans les foyers.


Le problème se posa inévitablement lorsque des conversions consoles de Street Fighter II furent projetées vers 1992/1993.


La première machine envisagée pour transposer dignement le méga hit de Capcom fut la Super Famicom et cela n’est absolument pas un hasard...

Souvenez-vous de la manette innovante (pour l’époque) du géant Nintendo qui avait semble-il déjà tout prévu pour accueillir sur sa nouvelle plate-forme les jeux les plus exigeants en terme de maniabilité.

En effet, mis à part les 2 touches Select et Start déjà présentes sur le précèdent pad (Famicom/Nes) de la firme au plombier moustachu, on trouvait maintenant 4 boutons en façade et pour la première fois 2 gâchettes sur ce “Super paddle” de la mort qui tue !

C’est donc en toute logique que SF2 rencontra d’abord un succès colossal et mérité sur la Super Famicom, en grande partie, grâce à son joypad qui se démarquait très largement de la concurrence et qui donnait toute sa crédibilité à cette remarquable adaptation 16 bits.



L’Avenue Pad 6 de Nec.

  1. > Acheter ce pad sur Play-asia.com <

 

Dans la guerre des consoles qui sévissait plus que jamais, à cette époque qui représentait finalement l’âge d’or de la 2D ; les principaux adversaires de Nintendo, Sega et Nec annoncèrent tous deux l’adaptation du Street Fighter II’ CE sur leurs machines. Mais contrairement à leur rival de toujours, ces deux outsiders devaient pour convaincre les joueurs les plus pointilleux, concevoir, chacun pour sa console respective, une toute nouvelle manette tenant compte des nouvelles contraintes dictées par le jeu de combat novateur de Capcom.

Nec mis le premier en vente son Avenue Pad 6 avec SFII’ CE en juin 1993 et Sega lui emboîta le pas 3 mois plus tard avec un nouveau pad officiel baptisé l’Arcade Pad pour accompagner son SFII Dash Plus.

Et ce ne fut que le début de la commercialisation de tout un tas de paddles permettant de profiter pleinement des jeux de baston... les Fighting Pads !


On citera également le constructeur d’accessoires Hori qui commercialisa, à cette époque où Street Fighter II était à son apogée, un joypad 100% fight avec fonctions avancées pour Super Famicom ou Nec PC-Engine, le Fighting Commander ; sans oublier Capcom qui distribua lui-même, avec l’aide de ASCII une manette au design pour le moins étrange sur Megadrive et Super Famicom, le déconcertant Capcom Soldier Pad (voir pub TV).



Play TV ® Legends : SFII’ CE (Plug’n Play).

  1. > Acheter ce pack sur Play-asia.com <

 
A signaler que l’Arcade Pad de Sega est devenu une référence du fighting pad et qu’il a servi entre autre de base pour concevoir le très réputé pad Saturn et qu’il fut non seulement réutilisé en 2005 dans un pack retrogaming, le Play TV Legends : SFII’ CE mais aussi réédité dans une version compatible avec la Playstation 2 et renommée Control Pad à l’occasion de la sortie du jeu Vampire Darkstalkers Collection de Capcom sur la machine de Sony.


Depuis la génération 32 bits et cela jusqu’aux machines les plus récentes, une manette standard est équipée minimum de 4 boutons en façade plus 2 gâchettes (soit 6 boutons différents), ce qui est un excellent compromis pour la plupart des jeux mais toujours pas l’idéal pour les jeux de combat qui nécessitent une disposition plus ou moins rapprochée des touches pour réussir les combos.


Heureusement les constructeurs d’accessoires (Hori/NubyTech/Mad Catz) n’ont jamais cessé de nous proposer des manettes alternatives pour le plus grand bonheur des puristes et de tous les fans de baston ne désirant pas s’encombrer forcément d’un gros stick Arcade.


Article écrit par iƒab (Mars 2009).


Vous voulez en savoir plus sur la fabuleuse histoire des joypads...

Pour cela HFF vous recommande d’aller faire un tour sur l’excellent blog (Fr) de Ludopad.



Topic : Fighting Pads sur le forum HFF