Evénement : Street Fighter II 20ème Anniversaire.


Pour célébrer, comme il se doit, le vingtième anniversaire du plus emblématique représentant du genre VS Fighting ; Hyper Fighting Fans s'est brièvement entretenu avec 4 protagonistes de la scène retro-fighting afin de revenir sur deux décennies d’une licence impérissable qui commença à devenir ultra-populaire avec l’épisode Street Fighter II - The World Warrior qui proliféra assez rapidement dans les salles d'Arcade du monde entier, dés Février/Mars 1991, sur support CPS.


Discussions autour du phénomène SFII, 20 ans après sa sortie :

1 - Entretien avec LVD... spécialiste de l’univers Street Fighter !

2 - Entretien avec Kayane... joueuse de la génération 90 !

3 - Entretien avec Ken Bogard... commentateur de VS Fighting !

4 - Entretien avec Pix'n Love... éditeur d'ouvrages sur le retrogaming !










1 - Entretien avec LVD... spécialiste de l’univers Street Fighter !

 


iFab [HFF] : Nombreux sont les internautes qui te considèrent comme une véritable encyclopédie vivante de Street Fighter...

Il est vrai que tu sembles intarissable sur le sujet. Comment est née cette passion infinie ?


LVD : En toute modestie, je pense m'y connaître pas mal en effet :-) Mais attention, je suis avant tout spécialiste de l'univers Street Fighter, ses personnages, sa bande-son, son merchandising, ou toute anecdote concernant le jeu. Je suis complètement largué si on parle uniquement de gameplay pur avec plein de termes abscons pour moi...


Ce que je peux dire, c'est que j'ai eu le coup de foudre en voyant le jeu pour la première fois (auto-pub inside: j'avais écrit un billet sur mon blog à ce sujet).


Bon, à l'époque beaucoup de monde est tombé raide dingue du jeu c'est vrai. La différence avec moi, c'est que cette passion des débuts ne s'est jamais vraiment tarie, même 20 ans après. Pourquoi? Je pense qu'il y a 3 raisons :

1/un grand jeu reste un grand jeu, quel que soit son âge. Ok, SFII premier du nom est complètement dépassé au vu des standards actuels, mais dans l'absolu ça reste un bon jeu.

2/quand j'aime vraiment quelque chose, ça dure toute la vie. L'intensité peut baisser, mais ça reste quand même. Et surtout je veux TOUT connaître. Or, au vu de ce qui a été fait sur Street un jour ou l'autre, ça représente une masse phénoménale, et pour tout trouver ça prend du temps, sans parler de ce dont je ne connais même pas l'existence...

3/dés le début, j'ai eu accès aux différents manga/anime sur Street, qui ont stimulé mon imaginaire, le prolongeant bien au-delà du simple jeu (les premiers épisodes, c'était quand même pas bien développé hein...).


iFab :  Un jour, un japonais m'a dit : « hey mec... Street Fighter c'est toute ma vie » et cela m'a presque effrayé sur le coup... mais en discutant un peu plus avec lui, j'ai vite compris que cette dévotion semblait plus l'épanouir que tourner à l'obsession. Et toi comment gères-tu cet attachement durable pour cette oeuvre vidéoludique, au quotidien ?


LVD : Certes, il ne se passe pas un jour sans que je ne pense/voie/entende du SF, mais ça n'a rien d'obsessionnel. Ca fait partie de ma vie, c'est tout.


Pour le japonais dont tu me parles, il faut bien comprendre qu'à l'époque, SFII a été un vrai phénomène de société, qui ne s'arrêtait pas aux gamers. On pourrait faire une analogie avec la “fièvre” Pac-Man aux USA au début des années 80, toutes proportions gardées.


Si le monde du jeu vidéo/manga/cosplay/dojinshi/merchandising de personnages... sont ce qu'ils sont aujourd'hui, c'est en partie à Street Fighter qu'on le doit.


iFab : Si tu devais résumer SFII en un seul mot... ce serait quoi pour toi ?


LVD : Chun-Li !!! Si on veut une réponse plus ou moins "sentimentale", je dirais : Amitié... car certains de mes meilleurs amis sont aussi ceux avec qui j'ai passé le plus de temps sur le jeu.




2 - Entretien avec Kayane... joueuse de la génération 90 !

 


iFab [HFF] : La communauté pro-fighting te connaît essentiellement pour ton palmarès impressionnant de victoires à des tournois sur la saga Soul Calibur. Mais depuis 2010 tu sembles t'investir avec un certain succès international dans SSFIV... alors peut-on parler de véritable retour aux origines du genre ? D'autre part, puisque ce quatrième volet reprend énormément les bases de SFII , cela t'aura peut-être incité à rejouer à un ancien épisode de cette saga légendaire ?


Kayane : En effet, depuis la sortie de SSFIV je me suis mise sérieusement au jeu et j’ai été très surprise de voir que j’apprécie autant le style 2.5D ! Je n’avais joué auparavant qu’à des jeux 3D avec Tekken, Dead or Alive puis plus particulièrement Soul Calibur… des jeux de ma génération on peut dire. J’ai dû jouer à Street Fighter 2 rapidement quand j’avais peut-être 4 ans, du coup j’en ai que de très très vagues souvenirs…


Avec la sortie de Street Fighter IV et ses graphismes en 3D, il y avait un tel buzz autour du jeu que j’ai voulu tester voir ce que ça donnait, avoir mon avis sur le « pourquoi est-ce que la série est autant appréciée ? »…


Toutefois, ce n’est pas après mais avant la sortie de SFIV que j’ai voulu essayer un précédent volet de la saga, j’ai alors acheté le SF2 HD Remix sur XBOX Live pour me mettre dans le bain. Et j’ai eu du mal avec les graphismes ! Mais je voulais voir la command list de Chun-Li étant donné que les personnages gardent à peu près la même. Vu que c’était la première fois que je touchais à un jeu 2D, j’ai été très déroutée. Ma réaction était : « Ben, y a que ça dans la command list ? C’est pas possible, y a d’autres pages quand même ! Y a à peine 10 coups ! » Tellement j’ai été habituée aux jeux 3D où les persos ont chacun entre une soixantaine et une centaine de coups !


iFab : En cette année 2011, Street Fighter II The World Warrior fête ses 20 ans d'existence, tout comme toi d’ailleurs, qu'est-ce que cela t'inspire ?


Kayane : Et bien, ça fait tout drôle de savoir qu’on a le même âge ! ;) En y réfléchissant, je trouve ça énorme l’ampleur que le jeu a pris depuis. Et de voir que ça continue sur cette lancée même après tant d’années, ça fait vraiment plaisir. La scène du VS Fighting est loin d’être terminée, tant qu’il y aura des producteurs de jeux de combat passionnés.


Vu que cet épisode (The World Warrior) est apparu l’année de ma naissance, je ne peux pas avoir la même nostalgie que les joueurs qui ont dosé le jeu à cette époque. En revanche, j’ai cette nostalgie pour Soul Calibur, donc je peux comprendre.


Mais Street Fighter a été le 1er jeu de combat vraiment reconnu et tout le monde se souvient, même 20 ans après, de ses personnages phares : Ryu, Ken, Chun-Li… J’ai pu le constater lors d’animations où je jouai contre le grand public, et donc parfois contre des gens qui ne sont pas des joueurs de jeux de combat, des parents etc., bien c’est obligé, ils connaissent au moins ces 3 là ! Ca, c’est énorme, parce que c’est la preuve que le jeu a marqué !


iFab : Si tu devais résumer SFII en un seul mot... ce serait quoi pour toi ?


Kayane : Le meilleur adjectif pour qualifier SFII serait « mythique » sans hésiter.


J’y ai surtout pensé lorsque j’ai vu l’engouement du public lors du Video Games Live 2010 quand ils ont passé un medley de Street Fighter II, le seul jeu de combat dont ils ont fait une représentation. J’ai eu la chance de le voir en live à Paris, et l’ambiance était vraiment exaltante dès qu’il y avait l’apparition d’un personnage du jeu ! (voir vidéo)


Je considère que ça, ça en dit long sur la notoriété du jeu, je pense que c’est vraiment LA référence du jeu de combat, et il fait sans aucun doute partie de ces jeux (tous genres confondus) qui ont le plus marqué toute une génération.




3 - Entretien avec Ken Bogard... commentateur de VS Fighting !

 


iFab [HFF] : C'est avec une virtuosité assez hors du commun que tu commentes des tournois de versus (principalement du Street Fighter mais pas seulement) depuis maintenant plus de 2 ans sur YouTube (Ken Bogard Channel) avec une notoriété grandissante amplement méritée. Tu te déplaces également dés que tu en as l'occasion un peu partout où sont organisées des compétitions en Live afin de couvrir les rencontres importantes de ta voix d'expert. En dehors du fait qu'il paraît évident que ta popularité n'a pas été usurpée, peut-on en déduire, malgré tout, que c'est l'avènement de SFIV qui t'as soudainement propulsé sur le devant de la scène pro-fighting ?


Ken Bogard : Sincèrement je pense que cette notoriété que l'on me prête est très largement exagérée. Comparé à certains commentateurs sur d’autres genres de jeux, je suis un NAIN. Pour le moment je pense que je suis juste le seul à faire ce que je fais et que donc on fait naturellement appel à moi pour venir commenter les tournois Live. Appels auxquels je suis bien entendu ravi de répondre.


SFIV a bénéficié d'une campagne de promotion géante, j'ai surfé sur la vague de celle-ci, je suppose ! Mon but était (et est toujours d’ailleurs) avant tout de montrer l'intérêt du versus fighting de haut niveau à un plus large public, j'espère au moins avoir réussi à faire cela pour une poignée de personnes.

J'insiste encore mais, le véritable intérêt des vidéos que je diffuse sur internet, ne se résume pas à ma prestation phonique, ce sont le jeu et les joueurs qui priment en définitive. J'essaye juste de les mettre en avant du mieux que je peux. La notoriété c'est eux qui en profitent, et c'est eux qui méritent d'en profiter. Moi je ne suis qu'une voix.


Quant à savoir si ma popularité (qui est à mon avis bien relative) n'est pas usurpée ; je laisse le soin aux gens d'en juger par eux même...


iFab : Sachant que tu clames haut et fort que ton versus préféré continue d'être Super Street Fighter II X... les 20 ans de l'épisode initial "The World Warrior" doivent forcément t'évoquer plein de souvenirs captivants ! Une anecdote ou un fait particulièrement marquant à ce sujet ?


Ken Bogard : J'ai reçu SFII WW sur Super NES pour mes 8 ans et je ne m'en suis jamais vraiment remis. Par la suite, je me suis sciemment privé d'aller manger à la cantine pour utiliser mon argent dans les bornes SFII' de mon patelin.


Quand j'avais 10 ans, je suis allé en Andalousie pour les vacances, dans les sous-sols de l'hôtel où nous étions descendu, il y avait une borne SFII Rainbow Edition... Je n'y connaissais rien à l'époque et je trouvais le jeu trop fou avec Ryu qui envoyait des boules plein l'écran en faisant un dragon punch. C'était juste complètement n'importe quoi. Je me souviens avoir dépensé tout mon argent de poche pour boucler le « mode Arcade » en solo avec 1 seul crédit. J'ai finalement réussi à le terminer avec Dictateur en ne faisant que des psycho crusher. Je crois bien que c'est la première fois où j'ai réellement pris conscience du non-intérêt total de jouer à ce genre de jeu contre le CPU.  Quelques années plus tard, j'ai appris que c'était en fait une version hackée de SFII’ CE qui n'était en rien officielle... J'ai alors réalisé à quel point je m'étais fait avoir à l'époque.


iFab : Si tu devais résumer SFII en un seul mot... ce serait quoi pour toi ?


Ken Bogard : Immortel ! Pour moi SFII a posé toutes les bases fondamentales, comme l’ensemble des bases qui définissent les autres genres, elles sont immortelles. Street Fighter II c'est ça ! Vu que ça reste le premier véritable versus fighting au monde, ce titre continuera autant que Pong, Pac-Man, Space Invaders et bien d’autres de perdurer comme une référence à jamais dans l’histoire du jeu vidéo. Ce jeu a révolutionné l'industrie de l’Arcade et continue encore aujourd'hui à marquer l'univers vidéoludique de son empreinte.




4 - Entretien avec Pix'n Love... éditeur d'ouvrages sur le retrogaming !

 


iFab [HFF] : Selon vous, 20 ans après sa sortie, reste t-il encore véritablement des secrets et des anecdotes inédites à révéler sur la série Street Fighter II ?


Marc Pétronille [Pix’n Love Editions] : Assurément ! Au-delà des nombreuses anecdotes connues de tous, il est évident qu'un long entretien avec l'équipe de développement à l'origine du jeu nous permettrait de découvrir l'envers du décor et de récolter tout un tas d'infos encore tenues secrètes. Notre entrevue avec Takashi Nishiyama, père du premier Street Fighter, nous a par exemple permise de revenir aux origines de cette incroyable licence et d'apprendre, en outre, que la forme primitive de Street Fighter découlait du beat'em all Spartan X d'Irem ! Ou encore de dévoiler au grand jour la participation d'Atari quant à l'élaboration de la borne d'arcade et le développement des fameux capteurs de pression propres à la machine de Capcom...


iFab : Est-il envisageable de voir paraître, dans un futur plus ou moins lointain, un mook entièrement consacré au phénomène Street Fighter II aux éditions Pix'n Love ?


Marc : L'idée nous trotte sérieusement dans la tête depuis un bon bout de temps ! Revenir sur la genèse de ce titre mythique nous paraît primordial... "Wait and see" comme on dit !


iFab : Si vous deviez résumer SFII en un seul mot... ce serait quoi pour vous ?


Marc : UL-TI-ME !


  1. Le saviez-vous ?


  2. Avec pas moins de 6 300 000 unités écoulées, rien que sur SNES, Street Fighter II - The World Warrior figure, encore à ce jour, dans le top 50 des jeux les plus vendus de tous les temps... Il trône précisément à la 48 ème position du classement mondial !



©HFF Interviews croisées retranscrites par iƒab (Février 2011).


Un grand merci amical pour leurs sympathiques contributions à :

[LVD Grospixels / Kayane Kayane.fr / Ken Bogard Kenbogard.fr / Marc Pétronille Pix’n Love Editions]